AIDE À L’ACCÈS AUX SOINSProjet

Projet Aide à l’accès aux services

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Selon le Rapport mondial de l’OMS sur le handicap, plus d’un milliard de personnes vivent avec un handicap et d’ici 2030 ce chiffre devrait passer à 2 milliards de personnes qui auront besoin d’assistances technologiques. 80% des personnes en situation de handicap vivent dans les pays à faible et moyen revenu, notamment en Afrique et pourtant l’accès aux aides techniques y est plus difficile, et pour cause principale le manque de moyen financier.

En effet, la majeure partie de ceux qui ont besoin d’appareil en Afrique n’ont pas les moyens de bénéficier des soins de réadaptation ou de se procurer des appareils.

 

OBJECTIF

Ce projet a pour objectif de réduire les inégalités d’accès aux aides techniques en Afrique en mettant à la disposition des centres et professionnels de la réadaptation des composants recyclés et du matériel médical pour la prise en charge des personnes en situation de handicap les plus vulnérables.  En réalisant cet objectif, nous contribuons ainsi à la réduction du taux de handicap en Afrique.

 

DURÉE DU PROJET : 2017 –

 

PARTENAIRES

Centrale d’achats de OADCPH

HI

Alcura

Penta Group

SM Europe

Couple TAVERNIER

READ MORE
Projet

Projet Poudrette

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

En Afrique, des milliers de personnes en situation de handicap ne peuvent disposer d’une prothèse alors que sous d’autres cieux des milliers de prothèses sont jetées par an. Afin de donner une seconde vie à ces prothèses ; elles sont récupérées et remises à neuf dans l’atelier de recyclage dénommée Poudrette de Handicap International (Humanité Inclusion) ; avant d’être récupérées par l’OADCPH pour être distribuées à travers l’Afrique.

 

OBJECTIF

L’objectif de ce projet est de pouvoir appareiller les patients qui n’en ont pas les moyens.

DURÉE DU PROJET : 2017 –

 

PARTENAIRES

OADCPH

HI

IRMA

SLP

AQUALEG

 

READ MORE
Projet

Projet ATIF

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

« Un milliard de personnes dans le monde souffrent d’un handicap, mais 90 % d’entre elles n’ont pas accès à des innovations technologiques abordables qui pourraient améliorer considérablement leur qualité de vie ». Ces personnes ne peuvent tout simplement pas disposer des aides techniques dont ils ont besoin.

« Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 place la santé et le bien-être au cœur de la nouvelle vision du développement. Il met l’accent sur la couverture sanitaire universelle (CSU) comme moyen de garantir un développement durable pour tous afin que chacun, où qu’il se trouve, puisse avoir accès aux services de santé dont il a besoin sans être confronté à des difficultés financières.

L’accès à des aides techniques de qualité au moment voulu est une condition essentielle pour progresser sur la voie de la couverture sanitaire universelle.

Cependant, un milliard de personnes dans le monde souffrent d’un handicap, mais 90 % d’entre elles n’ont pas accès à des innovations technologiques abordables qui pourraient améliorer considérablement leur qualité de vie.

Il est crucial de répondre aux besoins en aides techniques non satisfaits pour atteindre les objectifs de développement durable, pour assurer la CSU et pour mettre en œuvre la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par 177 pays.

Le fonds ATIF soutient et accompagne des structures dans le domaine des technologies d’assistance en Afrique.

Avec le projet ATIF, l’OADCPH cherche à concrétiser d’une part la mise en place d’une antenne relais en Afrique de l’Est pour se rapprocher ainsi du reste de l’Afrique, et d’autre part à mettre en place une plateforme e-commerce pour une meilleure offre de service.

 

OBJECTIF :

L’objectif de ce projet est de permettre aux solutions technologiques d’atteindre plus de personnes en Afrique pour un meilleur accès aux aides techniques.

 

DURÉE DU PROJET :

 

PARTENAIRES

UK AID

AT2030

ASSISTIVE TECH IMPACT FUND

 

REFERENCES

ASSISTIVE TECH IMPACT FUND

OADCPH – venture introduction

READ MORE
PROJET IMP&ACTE 3DProjet

PROJET IMP&ACTE 3D

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus de 30 millions de personnes dans les pays à faible revenu ont besoin d’un membre artificiel ou d’un appareil orthopédique mais, selon l’Organisation Mondiale de la Sante, seulement 5% à 15% d’entre elles peuvent accéder à ce service.

Le développement des nouvelles technologies, telles que l’impression 3D et la télémédicine, a ouvert la voie à des approches novatrices en matière de prestations de services de santé, notamment pour atteindre des patients vivants dans des régions éloignées ou dans des zones de conflits.

En introduisant la technologie d’impression 3D dans le domaine de la réadaptation physique en Afrique de l’Ouest, cette recherche opérationnelle cherche à relever le défi de l’accroissement de la productivité des prothésistes actuels pour toucher plus d’enfants et d’adultes handicapés, en inventant une méthode d’intervention permettant de répondre à la problématique de l’isolement de nombreux patients habitant dans des zones dangereuses, en situation de conflits ou difficilement accessibles.

 

OBJECTIF

Ce projet a pour ambition de renforcer les capacités de l’Organisation Africaine pour le Développement des Centres pour Personnes Handicapées (OADCPH), un réseau basé à Lomé (Togo) qui rassemble 68 centres de réadaptation dans 22 pays africains. Un laboratoire de fabrication 3D (Fab Lab) sera mis en place à l’OADCPH pour produire et approvisionner en « orthèses 3D » 4 centres de réadaptation au Togo, au Mali et au Niger. 4 professionnels (2 orthoprothésistes, 2 kinésithérapeutes) par centre seront formés à la technologie d’impression 3D et pratiqueront la télé-réadaptation, c’est-à-dire l’appareillage des patients avec l’aide d’un orthoprothésiste via la vidéoconférence.

Notre partenaire belge, le Collège Universitaire Thomas, aura un rôle indispensable dans le projet en supervisant le processus de recherche et en garantissant la validité scientifique du projet de recherche.

Durée : 18 mois

Nov 2017- Avril 2019

Zone d’intervention :

TOGO (Lomé ; Dapaong)

NIGER (Niamey)

MALI (Bamako)

Partenaires

  1. Organisation Africaine pour le développement des centres pour personnes handicapées (OADCPH) – Togo
  2. École Nationale des Auxiliaires Médicaux (ENAM) – Faculté de Médecine – Togo
  3. Collège Universitaire Thomas More – Belgique

 

READ MORE
Projet

Contribution des centres de réadaptation à la lutte anti-Covid19

PROJET VISIERES DE PROTECTION ANTI-COVID19 POUR LES PAYS D’AFRIQUE DE L’OUEST

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La pandémie du COVID-19 est la crise sanitaire mondiale de notre époque et le plus grand défi auquel nous ayons été confrontés depuis la Seconde Guerre mondiale. Depuis son apparition l’année dernière en Asie, le virus s’est propagé à travers le monde. Les cas augmentent quotidiennement en Afrique, en Amérique, et en Europe. Et plusieurs réflexions sont en cours dans les différentes parties du monde afin de trouver des moyens sécurisés de protection et de réduction de la propagation du virus.

Le secteur de la santé dans cette pandémie est le plus exposée de par leur contact rapproché avec les patients et il est primordial de réfléchir à une réelle barrière de protection pour leur permettre de continuer de voler au secours des populations.

Le virus se transmet essentiellement par voie respiratoire et par contact proche avec une personne ou directement des surfaces contaminées. La transmission par voie respiratoire se fait dans les gouttelettes de salive expulsées par le malade, par exemple quand il tousse ou éternue. Les scientifiques estiment que cela nécessite une distance de contact (environ un mètre). Il est toutefois difficile pour un agent de santé de se tenir à 1 mètre d’un patient qu’il est appelé à toucher et à examiner. Aussi faudrait-il penser à des solutions pour empêcher le virus d’être propulsé sur le visage des agents de santé lorsqu’il arrive que le patient tousse ou éternue. Les masques ont fait et continuent de faire leurs preuves mais ils ne couvrent pas tout le visage.

Aussi, en Afrique de l’Ouest, à  l’initiative de la Direction Technique de Humanité & Inclusion et Jérôme CANICAVE (Consultant en Prothèses et Orthèses), l’Organisation Africaine pour le Développement des Centres pour Personnes Handicapées (OADPCH), en partenariat avec l’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux de Lomé (ENAM-L) ont-ils réfléchi et procédé à la fabrication de prototypes de visière de protection et de masque à l’endroit du personnel de santé en général, et en particulier des professionnels de la réadaptation aux fins de se protéger et protéger leurs patients. Et pour reprendre les propos du docteur Gusmini, « Cela rassure énormément le personnel soignant parce que cela évite toute projection au niveau des yeux, de la peau et de la bouche, et cela nous évite aussi de porter nos mains au visage » (https://www.franceinter.fr/societe/covid-19-l-imprimante-3d-a-la-rescousse).

Bien entendu, ces visières sont surtout des écrans de protection et des barrières anti-toux et postillons, elles ne dispensent en aucune façon du masque. Elles viennent s’ajouter à toutes les autres mesures barrières définies et publiées par l’OMS et ne devront pas être utilisée comme substitut à toutes les autres mesures barrières.

Ces visières de protection pourront évidemment servir dans tous les secteurs d’activité ou le contact entre personnes ne peut être évité, et pourquoi pas à toute personne qui dans ses activités personnelles devrait se mettre en contact avec quelqu’un d’autre.

Pour pallier au déficit de masque de protection pour le personnel de santé, les masques imprimées 3D facile à désinfecter et réutilisable pourront être utilisés.

 

OBJECTIFS

Ce projet a pour objectif de participer à la synergie mondiale de lutte contre le covid19 par la conception, la fabrication et la mise à disposition des professionnels de la santé en général et des professionnels de la réadaptation des visières et masques de protection anti-covid19, dans l’espace francophone de l’Afrique de l’ouest, et en partageant des recommandations spécifiques aux centres de réadaptation dans l’espace concerné.

Ce projet valorise aussi les compétences uniques et souvent mal connues et sous utilisées des professionnels des centres de réadaptation ; Bien qu’en activité réduite ou stoppée pendant l’épisode Covid-19 ils conserveront cependant une activité au bénéfice de leurs collègues de la santé et de la population ; Ils seront ainsi préparés et équipés à assurer la prise en charge en post aigue des patients Covid-19 selon des guidelines de l’OMS en cours d’élaboration avec l’appui de HI.

Plus spécifiquement, il s’agit de :

STANDARD d’un kit modèle de production

  • Fournir des prototypes fabriqués par l’OADCPH et l’ENAM-L aux centres de réadaptation dans la zone concernée

 

FORMATION & MATERIEL pour déploiement du standard

  • Montrer aux centres les processus de fabrication facile des visières de protection
    • Intégrant conseils à l’organisation de la production, avec respect strict des mesures barrières,
  • Mettre à la disposition des centres de réadaptation les masques de protection imprimés 3D
  • Mettre à la disposition des centres, le matériel pour la fabrication des visières de protection
  • Mise à disposition de posters et consignes d’organisation travail

 

ASSURANCE QUALITE

  • Suivre la production et la distribution des visières et masques de protection
  • Mettre en place un système de retour d’usage / satisfaction afin d’améliorer de façon continue le kit standard
Durée : Février 2019-
Région : Afrique de l’ouest /pays membres de OADCPH

 

 

 

Partenaires

  1. École Nationale des Auxiliaires Médicaux (ENAM) – Faculté de Médecine – Togo
  2. Comité International de la Croix Rouge ( CICR)
  3.  Handicap International-Humanité & Inclusion (HI)

 

READ MORE